Olivier Mathis, podologue dans la région du Languedoc-Roussillon, s'est prêté au jeu des questions-réponses avec nous. Fondateur du site Les 1001 Pieds et créateur d'une semelle de chaussure révolutionnaire, Olivier est un personnage à multiples facettes qui ne cesse de surprendre. Enthousiasmé par notre concept de chaussures very féminines pour hallux valgus, il nous dévoile en toute sincérité ce qu'il pense de Caroline Macaron. Découvrez son interview exclusive...

 

Quel est votre parcours professionnel ?

 

Après un bac scientifique, des études d’infirmier et l’armée, j’ai entamé des études de podologie à Bordeaux jusqu’à l’obtention de mon Diplôme d’Etat en 1996. En 2004 j’ai fait un DU d’anatomie et de biomécanique de l’appareil locomoteur, en 2005 j’ai participé à l’élaboration d’un logiciel d’anatomie et d’information dans sa version pour les podologues (Natom-Sté Geckomédia) et depuis 2003 je suis trésorier du Syndicat Régional des Podologues de la région Languedoc-Roussillon. J’ai donc exercé pendant environ 16 ans en libéral.

 

En 2011 j’ai développé la sous-traitance de la fabrication des semelles orthopédiques pour une des plus importantes pharmacies de Montpellier puis à la fin de l’année j’ai décidé de mettre un terme à mon activité libérale pour me consacrer au développement d’un site internet consacré au pied ainsi qu’à la finalisation du développement d’une semelle de chaussure pour laquelle je suis à la recherche d’un fabricant.

 

Pour quelles raisons avoir choisi de devenir podologue ?

 

C’est une vieille histoire qui remonte à mes 17 ans. Comme beaucoup d’ados je me coupais très mal les ongles et je traînais depuis plusieurs semaines avec des ongles incarnés infectés aux 2 gros orteils, hyper douloureux. Lorsque mes parents ont vu ça ils m’ont emmené d’abord aux urgences, puis chez mon médecin traitant mais rien à faire, rien n’y faisait. Finalement ma mère a entendu parler d’une podologue chez qui je suis allé et là, en deux coups de cuillère à pot j’ai été guéri et sans douleur !

Ne sachant pas vraiment quelle orientation choisir après mon bac, je me suis dit que la podologie ne serait pas si mal.

 

Qu’est-ce qui vous plait le plus dans votre métier ?

 

Les différentes facettes qui me plaisent personnellement le plus je crois sont :

- d’une part l’association  du travail manuel et intellectuel. J’ai absolument besoin des deux pour me réaliser : réfléchir,  puis faire !

- découvrir des gens nouveaux, essayer de comprendre leurs problèmes et surtout les régler

- la satisfaction d’un patient enchanté et reconnaissant du soulagement que je lui ai apporté

- apprendre aux gens ce qu’ils ne savent pas, partager mon savoir dans mon domaine

 

Que savez-vous des hallux valgus, aussi appelés oignons ?

 

Ouh là, le sujet est vaste…

 

Pour faire simple c’est une déformation de l’avant-pied qui allie une déviation en-dedans du 1er métatarsien (càd vers l’autre pied) à une déviation en-dehors du 1er orteil (càd vers le petit doigt), formant ainsi un relief saillant caractéristique d’importance variable sur l’intérieur du pied, au niveau de l’articulation entre le métatarsien et la 1ère phalange.

 

C’est une pathologie à prédominance féminine, mais qui peut également être congénitale et favorisée par un avant-pied égyptien (c’est lorsque le gros orteil est plus long que le deuxième), un pied plat ou un chaussage inadapté.

 

L’importance de la déformation est variable tout comme les douleurs qui ne sont pas forcément proportionnelles à la taille de l’ « oignon », mais on estime aujourd’hui que les conséquences de l’hallux valgus représentent environ 90% de l’ensemble des consultations pour des problèmes de l’avant-pied. C’est donc bel et bien un sujet primordial de santé publique. Et plus le temps passe, plus la déformation s’amplifie et atteint tous les orteils ainsi que le dessous du pied et les douleurs deviennent prépondérantes, allant jusqu’à empêcher totalement les gens de se chausser.

 

Est-il vrai que nous pouvons aggraver nos hallux valgus en portant des chaussures trop hautes et trop étroites ?

 

Bien évidemment !

 

Les chaussures à talons hauts et à bouts pointus représentent un des facteurs principaux d’apparition et d’évolution de l’hallux valgus.

 

D’une part elles peuvent à elles seules être à l’origine de la déformation, mais également en être le principal facteur d’aggravation. Ce qui s’explique aisément :

 

-   En reportant le poids du corps vers l’avant du pied avec des talons trop hauts, on reporte d’autant cette charge sur une surface réduite de notre anatomie, pas du tout préparée à supporter de telles contraintes. Rien d’anormal alors que ces articulations souffrent après avoir été fragilisées de la sorte. L’articulation du gros orteil supportant un maximum de charge lors du déroulement du pas, sera la première à en pâtir.

 

-    En comprimant nos orteils dans un cornet antérieur trop étroit par rapport à la largeur du bout de notre pied, nous l’obligeons à se conformer au volume disponible, c'est-à-dire quelques centimètres carrés. Il suffit de comparer la forme du bout d’une chaussure (souvent triangulaire) et celle de notre pied (égyptien, carré, grec) : insuperposables ! Comment espérer y rentrer son pied sans entraîner de déformations majeures des orteils (surtout si le gros orteil est plus long) responsables de douleurs osseuses, arthrose, cors, durillons, oeils de perdrix, pathologies unguéales… ?

Bref ! à vous dégoûter de vous chausser…

 

En tant que spécialiste, que conseillez-vous aux femmes qui ont des hallux valgus aux pieds ?

 

Le premier conseil, incontournable quel que soit l’importance de la déformation concerne le chaussage qui doit être adapté en hauteur comme en largeur et éviter d’entraîner les problèmes que nous venons d’évoquer à l’instant.

 

Les semelles orthopédiques sont également indiquées afin de soutenir la voûte plantaire qui s’affaisse, la bascule en-dedans de l’arrière-pied ainsi que l’avant-pied qui s’aplatie.

 

Et enfin, tous les exercices et petites astuces qui vous permettront de limiter la douleur et de retarder la survenue des complications et qui passe par un assouplissement de la capsule articulaire, une réduction de la déformation à l’aide d’un séparateur, le renforcement des muscles profonds de l’avant-pied, l’assouplissement du tendon extenseur du gros orteil et la préservation articulaire. Vous détailler ces exercices ici et maintenant serait un peu fastidieux alors n’hésitez pas à prendre conseil auprès de votre podologue ou consulter l’article « comment soulager l’hallux valgus par quelques astuces » sur le site les1001pieds.fr.

 

L’intervention chirurgicale ne doit venir qu’en dernier recours.

 

Que pensez-vous des chaussures Caroline Macaron ?

 

Ahh, enfin des chaussures élégantes et adaptées sur le marché des pieds « sensibles » !

 

Avez-vous déjà essayé de trouver chaussure à vos pieds lorsque vous souffrez d’un hallux valgus ? Si oui, vous savez quel parcours du combattant cette recherche représente :

 

Soit il vous faut écumer tous les magasins de chaussures classiques, à ouvrir et essayer des dizaines de paires pour lesquelles vous n’opterez pas, au grand désespoir des vendeuses dont vous aurez usé la patience et la bonté, à moins que, gênée, vous en choisissiez une à contrecœur, qui ne fera que garnir un peu plus votre placard surchargé de modèles que vous n’avez jamais portés.

 

Soit, au fait de vos désillusions passées, vous n’entrez plus que chez les vendeurs de chaussures de confort ou orthopédiques. Là bien sûr, vous trouverez des chaussures un peu plus adaptées à votre anatomie « particulière » et un peu plus confortables. Oui mais voilà, en y regardant de plus près… leur look post-ménopausique rédhibitoire vous saute aux yeux et vous quittez l’établissement poliment en vous rassurant : non, je ne suis pas encore une vieille Mamie !

 

Alors découvrir Caroline Macaron est comme faire un rêve éveillé, plonger dans un bon bain après une journée harassante, retrouver l’être cher après quelques jours d’absence, avaler une cuillère de Nutella, découvrir que c’est le dernier épisode des feux de l’amour, ou simplement réaliser après des semaines de souffrance continue qu’enfin on n’a plus mal aux pieds dans ses chaussures…

 

Pouvoir choisir des chaussures dont la forme et le volume de l’avant-pied tiennent compte de la déformation, sans couture mal placée, dans une matière souple et confortable, avec un talon de hauteur adaptée à la statique et stable, des chaussures qui soient en même temps élégantes et féminines, fabriquées en France et à un prix raisonnable, est un plaisir qui ne se mesure pas, mais s’apprécie !

 

A partir d’aujourd’hui vous n’avez plus d’excuses…

 

Pour ceux qui ne connaissent pas encore votre site les1001pieds.fr, pouvez-vous nous expliquer en quoi il consiste ? 

 

Avec plaisir !

 

Les1001pieds est un site grand public, conçu comme un magazine, informatif, ludique et participatif, qui aborde le thème du pied sous toutes ses coutures. Que ce soit sous l’angle de la podologie avec toutes les pathologies et leurs traitements, de l’esthétique avec toutes les techniques pour en prendre soin et les embellir (beauté des pieds et des ongles, nail-art, tatouages spécifiques, bijoux), de la sensualité avec l’abord du fétichisme et de tout ce que ça englobe, et de la curiosité avec des infos et des images étonnantes tournant autour du pied et de la chaussure.

 

A côté, un forum vous permet d’aborder toutes les questions que vous vous posez et auxquelles j’essaie d’apporter des réponses et mon éclairage. Enfin, une rubrique concours permet d’élire le pied le plus moche, histoire de rigoler un peu, un joli cadeau en récompense. Le concours s’est terminé récemment avec la victoire de Sylvie dont vous pouvez retrouver les pieds, en attendant le lancement du prochain, très bientôt rassurez-vous !

 

Pourquoi l’avez-vous créé ?

 

Et bien tout simplement pour informer, partager mon savoir et décomplexer les gens (principalement les femmes) concernant ces extrémités peu réputées qui nous sont tellement utiles. Les pieds ont tellement mauvaise presse qu’on les qualifie toujours de « bêtes » alors que, ne serait-ce que sur un plan purement fonctionnel, ils sont l’aboutissement parfait de facteurs qui au cours de l’évolution nous ont hissés en haut de la chaîne alimentaire, grâce notamment au gain de la bipédie permanente (que nous sommes les seuls à maîtriser dans le monde animal) et qui s’est accompagné de la libération de la main et du développement du cerveau. Nous devons au pied bien plus que ce que nous pensons !

 

Ils vous font souffrir ? je vous expliquerai pourquoi, quelle est votre pathologie et comment la traiter.

 

Ils ne vous plaisent pas ? je vous donnerai tous les trucs pour les embellir et les magnifier.

 

Vous les trouvez tout juste « utiles » ? je vous prouverai que vous pourrez prendre un pied phénoménal avec.

 

Vous les trouvez inintéressants ? je vous montrerai ce qu’ils inspirent à d’autres et comment ils peuvent attirer les regards.

 

Vous ne les comprenez pas ? je vous ferai toute la lumière sur eux.

 

J’ai donc créé ce site car il est maintenant temps que les gens mesurent l’importance et le rôle de leurs pieds, cessent de les négliger et apprennent à en tirer profit.

 

Quel message souhaitez-vous faire passer au travers de vos articles ?

 

Le pied est une structure anatomique complexe, un bien précieux, un don qui mérite toute notre attention et nos soins.

 

Quel que soit le degré d’intérêt que vous lui portez, tout problème ou désamour a son antidote, toute curiosité sa réponse…, occupez vous en et vous verrez que bientôt vous ne le verrez plus du même œil, il sera définitivement et positivement transformé !

 

Le mot de la fin ? 

 

Je tiens à vous remercier, Catherine pour ses hallux valgus et Caroline pour son nuage autour de la tête, car l’une sans l’autre vous n’auriez pas eu l’idée ni les moyens de développer cette ligne de chaussures dont l’évolution me semble pleine d’espoir tant elle répond à un besoin évident.

 

Alors bon vent, j’espère pouvoir continuer à suivre vos aventures !

 

Merci encore à Olivier pour son soutien et son enthousiasme.