70% du bien-être des pieds se trouve dans l’art de se chausser. Bien se chausser, c’est éviter les extrêmes (chaussures ultra-plates ou à hauteur vertigineuse), ne pas tomber dans l’excès (ne porter que ce que l’on adore) et surtout, varier pour garder l’équilibre. Cela vaut également pour les pieds sensibles et les hallux valgus. Explications.

 

Quelle taille choisir ?


Première règle à suivre : Pour être bien sûr de choisir des chaussures qui sont réellement à la taille de vos pieds, préférez plutôt faire vos achats en fin d’après-midi. Le pied gonfle durant la journée, et il retrouvera sa taille maximum en début soirée. La pointure idéale sera celle où vous vous sentirez tout de suite à l’aise à l’essayage.

 

Les chaussures ne doivent produire aucun point de compression sur vos pieds. Il est donc important que l'espace à l'avant de vos chaussures soit suffisant.  Pour cela, il faut choisir la bonne pointure dans une marque qui adopte une largeur avant-pied adaptée à votre morphologie.

 

Quelle hauteur choisir ?


Ni trop plates, ni trop hautes. Les chaussures plates n’ont généralement pas d’impact négatif sur le corps à condition toutefois qu’elles aient une hauteur minimum de 1,5 cm. Pour les chaussures à talons, l’hauteur idéale se situe entre 3 et 5 cm. Il est par contre essentiel de choisir des modèles qui offrent une bonne assise au pied avec une cambrure équilibrée, comme les chaussures Caroline Macaron.

 

Dans ce sens, des petits talons seront un vrai gage de confort pour les pieds plats. Ils seront aussi utiles pour soulager les tendinites du talon d’Achille en détendant l’arrière-pied, ou encore en cas d’instabilité de la rotule ou d’arthrose de la cheville. Eh oui, les talons peuvent aussi être bénéfiques ! Quant aux semelles compensées, elles apportent indéniablement plus de confort en stabilisant la marche mais attention, elles sollicitent plus le genou et la cheville.

 

Les bonnes habitudes de chaussage


L’erreur à ne pas faire : se cantonner à une seule hauteur et/ou à un seul type de chaussure. Il est essentiel de varier les modèles et les hauteurs pour éviter les contractures musculaires. L’idéal serait de changer tous les deux à trois jours en alternant les chaussures de villes et les chaussures de sport : petits talons, ballerines et baskets... N’abusez pas pour autant  des baskets, cela pourrait engendrer une perte de densité osseuse sur le long terme.

 

Par ailleurs, il faut savoir que lorsque vous habituez vos pieds à une certaine hauteur, quelle qu’elle soit, leur musculature finit par adopter cette posture et devient moins flexible. Vos tendons auront ainsi tendance à s’étirer lorsque vous essayez de changer de hauteur : d’où mal aux pieds, tendinites et douleurs aux jambes... Alterner les modèles vous aidera à mieux préserver la souplesse de vos pieds. A ce titre, les femmes concernées par les hallux valgus seront comblées avec la collection Caroline Macaron !