Rien ne nous rend plus heureuses Caroline et moi que lorsque nous recevons de jolis messages de nos clientes nous disant que nos chaussures ont changé leur vie (et leur garde-robe !). Aujourd’hui, je suis très heureuse de vous présenter Béatrice, super cliente qui collectionne les paires de Caroline Macaron.

 

Parlez-nous de vous !

 

Je m’appelle Béatrice, j’ai 45 ans. Je suis mariée et j’ai deux grands garçons de 17 et 20 ans. J’habite en Essonne à 25 km de Paris. Après plus de 15 ans en tant que commerciale, je suis devenue acheteuse et j’ai la responsabilité aujourd’hui d’une petite équipe  dynamique et 100 % féminine. Je suis aussi en charge du portefeuille des achats de travaux publics. Pas très féminin me direz-vous, surtout quand il faut s’habiller en « Playmobil » avec les chaussures de sécurité ! Mais je suis aussi amenée à intervenir dans des réunions où le tailleur est de mise. Bref, je suis ce qu’on peut dire une femme active et de terrain. En dehors du travail et dès que nous le pouvons, nous partons en voyage le plus souvent à l’étranger et de plus en plus en duo. Sinon, la généalogie est aussi un de mes passetemps favori.

 

Depuis quand avez-vous des hallux valgus et comment le vivez-vous au quotidien ?

 

J’ai l’impression d’avoir toujours eu des hallux valgus comme ma maman ! Jusqu’à mes 30 ans, j’arrivais encore à me chausser n’étant pas une fan des talons hauts du fait de ma taille. Entre 30 et 40 ans, c’est devenu de plus en plus compliqué et de moins en moins esthétique. Ma garde-robe s’est transformée petit à petit pour être en accord avec mes chaussures. Et puis, il y a eu cet article dans Santé Magazine que j’ai lu par le plus grand des hasards en avril 2013. J’ai tout de suite contacté Catherine et j’ai acheté mes premières paires de chaussures Caroline Macaron. Quel soulagement !

 

Avez-vous déjà envisagé l’opération ? Si oui, pourquoi ne pas avoir franchi le pas ?

 

En 2012, j’ai consulté pour une éventuelle opération. Finalement, le chirurgien m’a déconseillé de me faire opérer car mes pieds n’étaient pas encore assez déformés et après tout, je pouvais encore trouver des chaussures . . . mais horribles ! Par contre, la bonne idée a été de me prescrire des semelles avec un coussinet pour éviter que mes orteils se transforment en crochets dans les chaussures. J’ai les orteils relevés ! Et en plus, je peux les glisser dans mes chaussures plates. L’opération n’est plus d’actualité et j’espère l’éviter le plus longtemps possible voire jamais la subir. Pour l’instant la situation est stabilisée. 

 

Quels modèles de chez Caroline Macaron avez-vous dans votre dressing ?


Je commence une collection gourmande depuis cinq ans :

 

  • Florentin noir 1ere paire, of course !
  • Praline gris acheté le même jour que les Florentins. Un collector aujourd’hui !
  • Praline taupe
  • Florentin taupe
  • Amandine noir
  • Calisson noir
  • Smoothie noir
  • Marquise noir
  • Meringue bronze doré
  • Bonbon Emeraude

Soit une paire pour chaque jour de la semaine suivant les saisons ! Et je n’ai pas dit mon dernier mot . .

 

 

 

Qu’est-ce que vous diriez aux femmes qui hésitent encore à acheter leur 1ère paire de Caroline Macaron ?


Qu’elles n’hésitent plus !

 

Elles ne trouveront pas l’équivalent chez les marchands de chaussure classiques. Elles retrouveront leur féminité sans souffrir tout en pouvant marcher. Elles pourront remettre des jupes, des robes ou donner une touche féminine avec un pantalon. La qualité du produit est aussi au rendez-vous avec des cuirs très souples et des finitions parfaites. Après plus de deux ans, mes Florentin sont comme neufs. 

 

Merci beaucoup Béatrice :)